Nissan.png
Scrasa.png
Ochsner.jpg
Adidas.png

© 2018 Etoile Carouge FC

HISTOIRE

A la recherche des racines

Plus d'un siècle plus tard, il apparaît bien difficile de situer avec précision la naissance d'Étoile Carouge. Plusieurs dates ont été avancées : 1889, alors que le FBS Stadium arborait déjà l'étoile comme emblème. 1904 ou encore 1922, le moment où le FC Carouge et l'Étoile Sportive ont fusionné. Le comble, faute d'archives, la Ligue Nationale avait établi d'autorité sa fondation en 1934, lors de l'entrée du Carouge en son sein.

Toujours est-il que le FC Carouge s'est affilié à l'ACGFA en 1904 et que le club retient cette année comme point de départ réel de son histoire. Quoi qu'il en soit, Étoile Carouge peut s'enorgueillir d'une pérennité enviable.  Bonheurs et vicissitudes, comme il se doit, ont alterné au cours de ce centenaire marqué au sceau de la passion du football.

Coupe de l'Etoile Sportive - Carouge Football Club - Année 1904

Premiers exploits

Sportivement, le premier coup de tonnerre remonte à 1924, le 5 octobre exactement : grâce à deux buts de Tagliabue et deux de Sutter, les Stelliens s'imposent (4-2) sur le terrain du Servette FC, invaincu face à un autre club genevois depuis 1910 ! Les Grenats prendront leur revanche au printemps 1925 (0-1), devant 7600 spectateurs, pour une recette record de 10'100 CHF.

Quatre ans plus tard, encore un titre de champion pour Etoile Carouge, vainqueur de son groupe de série A, avec 7 points d'avance sur Servette ! Font partie de l'équipe, Germinal Losio ainsi que Frankie Séchehaye et Trello Abegglen, deux futurs grands du football suisse.

1926-1927 - Carouge - Champion romand

A genoux : Dubouchet, Séchehaye, Schwald.
Debout : Vasileff (Popof), Rossier, Tagliabue, Sutter, Amiet, Borsier (Zinet), Stampfli, Losio.
En civil : Massera, Colli.

20 ans entre parenthèses

Chapitre vicissitudes, un rappel nécessaire, celui de la disparitions du club pour vingt ans, de 1935 à 1955, en raison de son refus de paiement dus à l'ASF (montants dérisoires, quelques centaines de francs !). C'est donc volontairement que les dirigeants laissent partir le club en faillite. Une période occupée à la Fontenette par l'Union Sports, puis par le Carouge Stade FC, avec le dévoué "Papa" Gallay (Fernand) à la direction du club.

 

Tout cela ne retire aux mérites d'un club aux moyens toujours demeurés modestes, mais qui a su marquer le football suisse de son empreinte. Son esprit, qu'on dit frondeur (l'art de l' "amorce" y est, dit-on, consommé) son jeu, de technique et d'improvisation, ont acquis une réputation nationale.

Les "mômes" de Garbani

Après vingt ans de ligues inférieures, on reparlera d'Etoile Carouge en 1959, avec la promotion en 1ère ligue des "mômes" de Paul Garbani (Bertschi, Bosson, Schaller ...), une volée d'exception de juniors propulsée in corpore en première équipe, "C'est Bertschi qui me l'a suggéré" confesse "Monsieur Paul".

 

"Après mûre réflexion, et l'appui du Président Pierre Tillmann, j'ai viré l'intégralité du contingent précédant, 2e du championnat écoulé ..." . Il n'aura pas à le regretter : premier de groupe, Carouge bat Vernayaz et Domdidier (7-1 à la Fontenette) lors des finales de 2ème ligue, obtenant l'une des plus belles promotions de son histoire.

L'équipe de Paul Garbani - 1958-1959

La ligue nationale B, une fois ...

1963 : Promotion en LNB - Locarno

La ligue nationale B, deux fois ...

Dirigée par Maurice Meylan, la volée 67/68 : Dufau, Cheiter toujours, mais aussi Merlin et Gégène Parlier dans les buts, propulse Carouge en LNB, au détriment d'Emmenbrücke (malgré deux nuls 1-1) et du Locle. Une originale réussite du ventre du capitaine Romolo Merlin pour égaliser (1-1) face aux Neuchâtelois, battus 2-1 chez eux, efface les derniers doutes ...

 

Successivement confiée à Gilbert Dutoit, Heinz Bertschi et Philippe Pottier, l'équipe se maintient en LNB avce la remarquable volée des Bedat, Marcuard, Isoz, Andrey, Marmoud ... L'éternel Paul Garbani revient à l'été 1976 pour ce qui sera la saison de la gloire.

La LNA, enfin !

L'inoubliable volée des Fatton, Mouny, Pont, Ducommun, Rieder, Dedominici offre la LNA à Etoile Carouge, promotion décrochée à La Chaux-de-Fonds, et une demi-finale de Coupe de Suisse où les Stelliens s'inclinent - en deux matches - face à Saint-Gall.

1977 : Promotion en LNA

Sept mille spectateurs pour voir les Stelliens de Garbani terrasser Bâle, dix-mille pour assister à la défaite du FC Zurich : la première aventure carougeoise en élite débute dans l'euphorie, elle se poursuivra dans l'incertitude et la confusion. Départs du président Denis Wullschleger et de Paul Garbani (relayé par Karoly Kremer). Un rêve prend fin.

La fin de l'aventure

En juin 1977, sportivement et financièrement (passif un million), Carouge est en chute libre, la relégation paraît inévitable. Reprise du club par Pierre Gillioz et son comité (D.Berset/G.Giudici) qui parviendront à éviter le pire - la disparition du club - au prix d'une gestio rigoureuse et d'un travail de Bénédictin. La spirale de l'échec enclenchée en LNA se poursuivra toutefois : douze mois après, Carouge se retrouve en 1ère ligue !

Dès lors le club s'assaini financièrement et prépare la plus exceptionnelle des relèves juniors qui collectionne les titres régionaux et suisses avec Rodriguez, Diaw, Spaggiari, Pavoni, Aeby, Isabella, Mattioli, Rotzer, Regillo.

 

Carouge participe à 4 finales de 1ère ligue et, en 1984 avec Gérard Castella, retrouve la LNB, Fargeon, Roder et Liniger font partie du contingent éminemment carougeois.

L'équipe 1983, fine prête pour monter en LNB, avec Gérard Castella

20 ans après, la LNA encore !

Arrivé au pouvoir durant la saison 1988/89, Luc Perret - un homme de passion, s'il en est - parviendra à remettre le navire à flots. Au prix de gros efforts d'us à son président optimiste et fédérateur, le club acquiert la stabilité et la sérénité. Luc Perret et son comité en seront récompensés en 1997 par une promotion en LNA avec Thierry Cotting à la barre.

Etoile Carouge - Servette FC à guichets fermés, le 24 mars 1997

Pendant plusieurs saisons en LNB, Etoile Carouge se battra pour conserver sa place en élite et ne parviendra pas à éviter la 1ère ligue en 2002.

La huitième sera la bonne ...

De la saison 2003/2004 à la saison 2010/2011 les Carougeois se qualifieront chaque année pour les finales de promotion. Le résultat des sept premières finales jouées sera le même, la non-promotion. On se met alors à croire qu'il existe une malédiction des finales à Carouge, mais lors de la huitième finale consécutive, Etoile Carouge se débarrassera successivement de Tuggen (1-1 / 0-4) et de Baden (1-0 / 0-0), lui permettant de décrocher sa place en Challenge League.

 

Le rêve sera de courte durée, car Carouge se place 13ème de Challenge League la saison d'après, 13ème place synonyme de relégation en Première Ligue Promotion.

 

Depuis, Etoile Carouge se maintient vaillament chaque saison (à l'image du but du maintien marqué à Zurich dans les derniers instants de la partie lors de la saison 2012/2013), jouant également lors de la saison 2013/2014 le haut du classement.

Le club est malheureusement relégué à la fin de la saison 2016/2017 en Première Ligue Classic.